L'orage dans tous ses états

L'Orage dans tous ses états présente au moins deux visages. En premier lieu, il est l'exploration d'un phénomène, non pas saisi dans son ensemble (une globalité d'ailleurs presque impossible à appréhender) mais par l'examen de chacun des éléments qui le constituent (l'orage y apparaissant alors comme une somme). Il est aussi le désir d'un livre, sa mise en chantier (avec comme lointains modèles La Préparation du roman de Roland Barthes et certains textes de Francis Ponge), répondant à sa manière à la question suivante : qu'aurais-je à écrire si d'aventure j'écrivais un livre sur l'orage ?

 

 

 

15 euros


Un plan qui, finalement, n’embrasse pas tout, ne peut tout dire quant à l’orage. Il manquerait les émotions qu’il nous impose (car pas moyen d’être à l’orage, avec l’espoir d’en faire le tour, de tout en dire une fois pour toutes, et taire la peur qu’il nous inspire), + les désirs qui l’accompagnent (désir de pluie, d’une pluie tiède qui soit d’été, un déluge d’eau sur tout le corps, s’il se pouvait sur les pensées, pour se laver de la chaleur, laver rincer, éliminer toute cette chaleur qui sur la peau, accumulée jour après jour, jusqu’au souvenir d’avoir eu chaud ; durant la pluie s’offrir ce luxe, cette folie douce : rester dessous, vêtements trempés).