Souffle continue

lire un extrait

Souffle continue, de Nathalie Michel évoque la disparition, la dispersion des corps  dans une langue où les mots se font rares, précis, où le texte trace sur la page une géographie du vide et de l’absence.

 La végétation se fait minérale, le sable s’insinue, le temps se fige, les atomes poursuivent leur chemin dans l’univers. Mais il faut continuer de parler, de voir, de dire, pour que l’absence devienne nôtre dans une « langue surexposée.

 


 

 


 

Extrait

soirs corps incrustés gigantesques à même la terre

 

 

 

 

la terre en poudre

 

lune ruine

 

/

 

n’écoute plus le sang

le corps du rouge

modèle sec

tranchant comme la cendre

abrupte

 

corps irradié par la nuit

corps foutu par dessus jour