Paysage à rebours

Armelle Leclercq

Comment parler de ces paysages qui ont marqué notre enfance et sont devenus part de nous-même, de notre imaginaire. Armelle Leclercq réussit à leur donner toute leur force en les tenant à distance, par une écriture précise, méticuleuse et cultivée. En éloignant tout sentiment, une petite voix égrène une géographie mystérieuse et savante, soudain l’émotion est là, palpable. 

48 pages, 10 euros

 


 

Extrait

La ville ne se donne pas au premier coup d’oeil.

Il faut franchir l’apparence froide des façades classiques

avec leurs corniches pour pénétrer dans les cours Renaissance. 

Apercevoir les travées successives des escaliers à encorbellement.

Jouir des portes armoriées, suivre les bandeaux.

C’est dans leur intérieur seul que les hôtels particuliers

dévoilent un peu de chaleur, le regard souriant des propriétaires

sculptés en demi-bosse dans un médaillon.

Appuyant leurs doigts sur le linteau d’une fausse fenêtre.

Toute l’humanité de leurs phalanges de pierre.