Latex, c’est le corps qui se meut dans la ville. Son oeil accoutumé à l’obscurité regarde et nous raconte ses soulèvements à travers la petite histoire, collective et récente, intime et immémoriale. 

Une écriture brute  énergique qui bouscule et entraine.

 

 Les textes de Rim Battal  font écho à son travail de plasticienne qui interroge continuement, notamment à travers la photographie et des installations,  la place de la femme/ feminité, la place de la sexualité et celle de l'homme dans une société complexe.


Halal

 

Noiseuse notoire, Nezha au regard noir, 

traverse la salle en babillant, sa voix

recouvre le bruit des seaux en caoutchouc 

qui s’entrechoquent, le bris de l’eau et les

cris des petites aux peaux neuves

qui gigotent dans les bassines

...